06/02/2006

Même pas en rêve !

Moonshine veut que je courre !!!

Cette fille est folle.

 

J’ai coulé des générations d’équipes de course à pied avec mes contres performances.

Toute petite déjà, je parlais, parlais, parlais… mais ne marchais pas, au grand dam de Maman (et de tous ceux que mon babillage saoûlait…)

C’est à cette époque également que je suis devenue « Miss Questions ».

Comme quoi rien ne sert de courir pour découvrir le monde.

 

A l’école aussi, ils m’ont forcée.

Faute de dessiner ma musculature fessale, les moments de torture organisée communément appelés « cours de gym » on développé chez moi une certaine ingéniosité à contourner la difficulté.

Soit en coupant à travers les bâtiments en préfab’, soit en convaincant les autres (la majorité était facilement manipulable car aussi peu prédisposée à la course que moi) de marcher aussi, de façon a garder un groupe homogène de nature à laisser penser à la prof que personne ne marchait. Sauf qu’on avait un chrono particulièrement mauvais et qu’elle s’est posé de nombreuses questions sur notre morphologie…

 

J’ai fêté au champagne mon passage aux études supérieures, qui sonnait le glas du cours de gym. J’ai vite déchanté, passant le plus clair de mon temps à courir derrière le bus, le tram ou le train.

La vie est dure.

 

Maintenant que je suis une grande fille et que je fais ce que je veux (ou plus souvent, ce que je peux), je vais quand même pas me mettre à courir, hein !

 

Non.

J’ai dit NOOOON !

 

J’ai pô dit que j’ai jamais essayé.

Mais même les jours fastes, je dépasse rarement le coin de la rue (oui, j’ai toujours habité presque au coin, et alors ???)

A petites foulées, j’avance pas. Limite, je recule.

A grandes foulées, je suffoque et crache mes poumons.

Dès que ça monte, j’ai un point de côté.

Dès que ça descend, mes jambes tricotent et s’emballent, je dévale plus que je ne descends.

J’ai jamais su où ranger les bras. Pendants, ils balancent et c’est gênant. Dans le dos, c’est du contorsionnisme. Croisés sur le ventre, ça étouffe. Pliés sur les côtés façon Barbie, c’est ridicule. Quoi, sur la tête… ???

Et puis en Belgique, il fait froid et il pleut tout le temps alors c’est même pas gai d’être dehors.

Y’a aussi qu’il reste si peu de coins verts dans la région qu’on est au moins 50 à courir au même endroit. Et que c’est frustrant de se faire dépasser par des enfants de 8-10 ans.

 

Et je parle même pas du costume.

Soit y’a le traditionnel avec les cordons dans le bas qui dessine une silhouette de pachiderme.

Soit y’a le moderne, taillé sur gazelle africaine reine des stades (ndlr : 30cm de tissu de jambe en trop si je veux prétendre y faire entrer mon postérieur). Et ici, les 10 cm de talons qui sauvent ma mise à la ville dans ce genre de situation sont peu recommandés sur le plan pratique du sport…

Je tairai le volet « coloris ». A moins de 150euros l’ensemble, c’est Bozo-le-clown. A croire que les gens qui font la gamme de survêt’ font un concours à celui qui créera le plus ridicule.

 

Sans parler des baskets : dès le 15 septembre, après la rentrée des classe, y’a plus un modèle en noir disponible sur le marché. Forcément. Vu que là aussi, les mélanges de couleurs… Je ne parle même pas des blanches, riche idée de designer sportif qui oublie vite qu’on court dans le boue.

 

Non, décidément, je courrai pas !

 

Je veux bien venir tenir la tente, mettre les dossards aux autres, filer des bouteilles d’eau, faire le spaghett’ de clôture et apporter le tire-bouchon.

Si y’a des chaises, dans la tente.

10:26 Écrit par La F | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

Commentaires

Colayne J'ai toujours dit que Moon était folle...
Rires

Écrit par : Colayne | 06/02/2006

Pfffffffffffff vous deux alors!!!
:-))

Écrit par : Moonshine | 06/02/2006

***
Petit coucou en passant ;)
On r'joue vendredi ? ;) biz !

Écrit par : Chloé | 06/02/2006

Les commentaires sont fermés.