22/11/2005

A toujours vouloir bien faire...

Ca fait bien longtemps que je n’avais réveillé sa (mauvaise) conscience par sms. Alors pour mon anniv’ je lui ai envoyé un mot destiné davantage à le culpabiliser de me fuir plutôt que de m’offrir son amitié.

Comme si les histoires d’amour devaient toujours mal finir.

Parce que ça n’était qu’une histoire de XXX où il a cédé d’abord au désir et réfléchi après – comme nombre d’hommes – et s’est évaporé avec un manque de courage caractéristique.

Parce que mon amitié était trop lourde pour lui. Parce qu’il eut été gênant de continuer à me voir en cachette dans une relation d’un autre type ou de me voir au grand jour et donc de devoir un jour me présenter à Elle… Parce que me voir eut été risquer de succomber encore à la tentation. Parce qu’il n’assume pas son « erreur de parcours », lui qui veut à tout prix être le mec parfait.

Bref.

Comme c’est le mec parfait, il me promet de me rappeler dans la semaine.

Et ne le fait pas. Sms de rappel, suite auquel il me promet à nouveau un rappel. A quoi j’envoie « Paroles paroles paroles… ».

Pourtant, il me rappelle.

Durant ma semaine de congés, à 8h du matin.

Je m’extrais péniblement des bras de Morphée et maugrée. Je décroche quand même vu que Sa Sainteté daigne m’accorder attention.

On devise mais je peine à trouver les mots, les idées. N’aurais-je plus rien à lui dire ? Son malaise est perceptible depuis l’autre bout du fil. Ca fait plus de 6 mois que notre brève rencontre s’est achevée, morte et enterrée, je ne comprends pas qu’une gène puisse encore être présente.

Il ne me confie rien de sa nouvelle vie, si ce n’est qu’avec le bébé, « on n’a plus de temps pour soi ». C’est fou ce que les hommes se sentent moins impliqués dans la grande aventure de l’enfantement que les femmes et combien ils se montrent plus égoïstes. Pfft. Il n’y a aucun enthousiasme dans sa voix, aucune joie. Je n’aurais droit à aucune anecdote. Je le trouve d’une froideur déconcertante par rapport à ce qui devrait être le plus beau cadeau de sa vie. On n’a décidément pas les mêmes valeurs.

Puis il m’achève.

« Ton sms, la fois passée… fais gaffe… J’étais pas seul. Ca a un peu perturbé… euh… »

Lui fait remarquer que j’ai pas encore de caméra incorporée pour voir ce que font les gens à qui j’envoie un sms et s’ils sont en situation de le recevoir.

Je garde pour moi le reste de mes commentaires, à savoir :

-         que j’envoie un sms tous les 2-3 mois et qu’il est assez indécent de me dire qu’il tombe mal. Je comprendrais si c’était tous les jours, mais à l’époque où c’était le cas, paradoxalement, ça ne dérangeait pas

-         qu’il n’est pas serein par rapport à moi et que je représente encore pour lui « l’objet de désir » et/ou « la faute ». Il n’y avait rien de sexuel, d’incorrect ou même de tendancieux dans mes propos, même si c’était Elle qui l’avait réceptionné, elle n’aurait rien pu en conclure de dangereux pour lui.

-         Que c’est vraiment un con, qu’il n’est vraiment pas loin humainement et que le chemin est encore long pour qu’il devienne quelqu’un de bien

Et que moi, j’ai pas vraiment envie d’attendre que le fruit mûrisse.

Son amitié, au vu de l’image qu’il m’envoie de lui, ne vaut vraiment plus rien.

C’est moche.

Mais j’ai même pas honte. Juste un peu de n’avoir pas perçu ses limites plus vite. C’est ça, être une vraie blonde : même colorée on a le cerveau plus lent que les autres, à cause des racines, qui sont juste à côté du cerveau et qu’on n’arrive pas à teindre, sans doute.

14:27 Écrit par La F | Lien permanent | Commentaires (6) |  Facebook |

Commentaires

... Le propre des mecs parfaits, c'est qu'on se rend en général assez vite compte qu'ils ont encore plus de cadavres dans les placards que les autres...

Écrit par : HL | 22/11/2005

Parfait Wow, la petite phrase qui cingle.
Ca existe des 2 cotés; il y a aussi des femmes parfaites ;-)
On dirait, VivaLaVida, que tu es encore très attachée à lui, tjs à essayer de garder une amitié, mais bien sûr lui ne veut pas faire cet effort.
Les sentiments semblent dérangeants (car sérieux), j'experiment ce genre de probleme en ce moment.
Bon courage, et plus il te décevra, au plus ca sera facile de l'oublier.
Comme tu dis, on ne peut psa attendre que le fruit murisse.

Écrit par : eric | 22/11/2005

LH a raison..; plus ils sont parfaits, plus ils sont parfaitement tricheurs...
Pfffff, mais où sont-ils les "normaux"...
;-)

Écrit par : Fléa... | 22/11/2005

Normal people Question + incisive qu'il n'y parait !
Les gens (les mecs, les femmes) normaux seraient-il moins nbreux que le reste ?
Mais alors s'ils sont si rares, comment peut-on dire que ce sont eux la normalité ?

Écrit par : Eric | 22/11/2005

HL... c'est tellement vrai ;-)

Écrit par : Mateusz | 23/11/2005

*** HL : yo, quand je dit "parfait", c'est ironique : le genre qui-veut-que-tout-le-monde-dise-que-c'est-un-chouette-gars mais qui, en fait, offre une bonne figure de façade et se satisfait de cette superficialité.
Eric : nan, je ne suis plus attachée à lui, juste que je n'aime pas le gaspillage de sentiments et que j'aurais voulu sortir quelque chose de positif de notre relation. Vu qu'on avait des goûts communs (en surface), je pensais (naïvement) que c'est pas parce qu'on cessait de forniquer qu'on cesserait de se voir. Parce que, pour moi, le sexe n'est qu'une partie d'une relation et pas son fondement. Et qu'honnêtement on savait bien dès le début que ça ne durerait pas. Bref. quand j'ai vu qu'il était gêné aux entournures et que, comme j'avais cessé de lui être utile, je devenais encombrante dans son entourage avec mon étiquette "maîtresse" dans le dos, j'ai pas cessé de lui demander cette amitié qu'il ne me refusait pas mais ne me donnait pas non plus. Avec un sms de temps à autre pour réveiller sa mauvaise conscience. Mais je ne comptais plus vraiment voir arriver cette amitié depuis longtemps. Juste que je m'amuse beaucoup à le voir essayer de se dépatouiller de l'histoire en se débarrassant de moi mais pas trop brutalement des fois qu'alors je réagirais en foutant le bordel dans sa si gentille petite vie.
Vie dont je ne vudrais en aucun faire partie parce que, lors de nos discussions, il n'a jamais manifesté plus de sentiments à l'égard d'Elle. Moi "Elle est moche?" Lui "Non, elle est jolie. Elle est jolie, et ça va bien"
Ca va bien... Ca veut dire quoi ? Ca va bien... Ca manque d'enthousiasme ! Je serais malheureuse que mon Homme parle de nous en disant "Ca va bien". Jamais il ne m'a dit qu'il l'aimait, qu'il tenait à Elle... Il m'a parlé longueur de relation, investissement, autoroute de la vie... Enfin, quand je dis qu'il a encore du chemin à faire... :o)

Écrit par : La Fée Carambole | 23/11/2005

Les commentaires sont fermés.