03/06/2005

Souliers… vernis ?!

 

C’était vendredi, le soleil passait à travers mes tentures bleues-de-mer et j’avais tout sauf envie d’aller à l’Usine.

 

D’autant que le Vieux m’avait encore emm… et qu’à présent, on sentait bien le règlement de compte perso, même que mon Chef de là-bas, toujours calme et diplomate, il l’a dit, que c’était vrai !

 

La météo a ça de bien que je puis enfin étrenner la jolie robe en lin vieux rose pour laquelle j’ai craqué la conscience tranquille – moins 30% - voilà déjà plus d’un mois. Chaussures roses dont c’est également la 1e sortie, bijoux en perles que j’ai confectionnés-avec-mes-petits-doigts et me voilà magnifique ! (séquence autosatisfaction – ça ne fait pas de mal)

 

Je vais à mon rendez-vous avec une énooooooooorme envie de faire un tout-droit jusqu’à la frontière, le Nord et hop, la Côte d’Opale ! Mais je peux pas… alors j’ai fait mon devoir. Et j’ai bien ri… La promo qu’on me demande… ah, si je pouvais tout dire, il serait gratiné, mon papier ! Rencontre sucrée-salée dont je savoure anticipativement le récit que je ne manquerai pas de faire à mon Chef de là-bas. Je repasse au sweet home pour y abandonner l’auto sans clim’ et rallie l’Usine à pied. Aucun mérite : 900m !!!

 

Je rédige vite-fait et regarde l’heure : midi quart. On a fini à 14h, je retrouve Lolita, S. et A. vers 14h30 en ville. Il fait décidément trop beau pour rester derrière ces stores à lattes, je sors ! J’irai corriger la maquette sur un banc du parc, ouaip’ !

 

Petit détour par le marché où ça sent trop les oignons cuits des stands de hamburger pour que je m’éternise, et je monte dans le cœur de la cité. J’y retrouve A., qui bosse au snack où j’ai mes habitudes. Ils ont sorti la terrasse. Je n’y résiste pas ! A. me sort une part de pizza de derrière les fagots rien-que-pour-moi, un soda framboise à damner un sein (comment ça, un saint ??? Ah ?!) et je m’installe.

 

Je suis à la 3e bouchée quand la camionnette Securitas transgresse l’interdit du piéto… pour squatter juste devant ma table !!!! Gaz d’échappement plein les narines parce qu’évidemment il stagne mais ne coupe pas le moteur, je ne profiterai pas du reste de mon dîner au demeurant fort prometteur, vu que ça chatche à qui mieux mieux avec le parton du snack. Je retiens difficilement un « Hey, dégage, Ducon : je mange ! » parce que je m’en voudrais d’être la cause du C4 de A. Je m’enfuis de misère en entraînant mon amie dans mon sillage, puisqu’elle a fini : on attendra Lolita et S. sur la Place.

 

C’est le sauna-supplice ! Ma jolie robe affiche deux énormes taches de transpiration sous les seins, je n’ose pas imaginer l’état de mon dos contre le dossier de la chaise, et ça fait un gros « schlplop » quand on se lève… Pouah beurk ! On se réfugie à l’intérieur d’un autre estaminet pour continuer notre discussion, avant d’opter pour l’arpentage en règle du piéto : c’est encore en marchant à l’ombre qu’on est le moins incommodé par la chaleur…

 

On se quitte vers 16h et je trace un sillon humide jusqu’au sweet home en maudissant mon penchant pour les escarpins. Je rêve de rangers… J’ôte ma robe dès mon arrivée et son sort est irrémédiablement lié à la manne à linge sale. J’inspecte ensuite mes chaussures : je suis déjà sur le clou du talon : ça sent la talonnette à 7 euros !!!

 

Tu sais quoi, Vivalavida ? J’aime paaaaaaaaaaaaas l’été…

11:24 Écrit par La F | Lien permanent | Commentaires (6) |  Facebook |

Commentaires

Office, sweet office! (Chanson connue un rien modifiée) Chère Fée,
On dirait qu'il n'y a pas que les commentaires qui passent en "multivision" chez Skynet!
Pour les vêtements, il y avait ton bureau avec un "vieux laid" qui aurait admiré ta robe et t'aurait probablement fait un compliment.
Et je suppose que l'automate (ou est-ce encore Carambole qui fait le café et la vaisselle pour les autres car j'ai de la mémoire) est moins onéreux que ton "Pizza Hut" aux plats qui font grossir!
Mais, que se passe-t-il? je deviens vert!
Croa, crrooaa, ccrrrrroooooaaaaa...
Amitiés (N'oublies pas que je suis un gros rigolo!).

Écrit par : Armand | 03/06/2005

Triche! Chère Carambole,
Effacer les deux autres commentaires: Tu as triché!
On va croire que je suis tout à fait fou alors que je ne le suis qu'un peu!
Amitiés.

Écrit par : Armand | 03/06/2005

*** Armand : mais quels deux autres commentaires ???!!!
Mouhahahahahahaha !

Écrit par : La Fée Carambole | 03/06/2005

Colayne Je trouve que tu n'as pas assez dit sur cette jolie robe...
:-)

Écrit par : Colayne | 03/06/2005

Chère Fée, Il te reste la solution du naturisme : on transpire mais au moins les vêtements ne collent pas. Attention pourtant aux insectes indélicats et aux coups de soleil indiscrets ! :))))
A bientôt.

Écrit par : Ubu | 05/06/2005

*** Ubu : en plein centre-ville, ça risque de faire jaser... remarque, on m'embarquerait pour attenta à la pudeur, au gnouf et hop, je serais enfin au frais !!! Lol, j'y pense...

Écrit par : La Fée Carambole | 05/06/2005

Les commentaires sont fermés.