19/05/2005

Vivre avec un fantôme

 

P’tit Frère a fini par arriver à la gare malgré la mauvaise humeur chronique de notre compagnie-de-chemins-de-fer nationale… non, fédérale… non… enfin, malgré la grève des trains, quoi.

 

Il trépigne à l’idée de revoir Z., sa filleule. Au moins 15 jours de séparation : insupportable, en effet ! Moi qui ai vu la mienne pour la dernière fois quand elle avait 12 ans… et qu’elle doit en avoir 20-22 à présent… J’envie l’intimité qu’il se créera avec elle et qu’on m’a volée.

 

On arrive et il lui saute au cou. Elle l’embrasse tendrement puis se dégage d’un ton autoritaire, affirmant « je vais finir mon dessin ! » et de disparaître dans l’autre pièce. Les gosses ! Lui qui voulait tant l’avoir, elle lui a accordé 30 secondes…

 

Par l’odeur des Chipito alléchée, Z. nous rejoint autour de la table. On joue, on rit. Ca sent la saucisse grillée, même si les pauvres bouts de volaille hachée ont bien du mal à prendre sur le grill de fortune. Le vin est bon. La soirée, douce.

 

JM, son Papa rit aussi, il plaisante, nous raconte des anecdotes.

 

Elle est présente partout. Ses sculptures au jardin, son manteau dans l’entrée, son goût pour la déco, les yeux de sa fille, les souvenirs de JM…  N. ne s’assiéra plus avec nous. Jamais. La maison est remplie de son âme, pourtant.

 

Vivre avec un fantôme. Serrer de l’air dans ses bras, le soir, quand les lumières de la ville projettent des ombres de le vie extérieure sur les murs de la chambre. Ecouter ce silence, par le babyphone, dans la chambre vide. Revivre l’accident, toutes les nuits. Trouver la faculté de rire. De voir ses amis. Tenir pour Z. qui a plus que jamais besoin d’un Papa fort, et pour ses deux grandes filles. Continuer à vivre. Sans N. et E., éternelles absentes. Il n’est rien de pire que de se voir arracher des tripes ceux qu’on aime.

 

Je suis si bouleversée que mes mains tremblent sur le volant. Je ne lui ai rien dit. Que dire ?

 

 


09:00 Écrit par La F | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

Commentaires

slt ...super ton site...

Écrit par : Muriel | 19/05/2005

Discrétion nécessaire? Chère Carambole,
Plein de personnes vivent avec des fantômes...
J'avais écrit quelque chose à ce sujet et me suis ravisé: les blogs ne me servent pas à exposer ma vie...
Chacun son caractère: certains aiment faire partager leurs malheurs (et bonheurs, évidemment) avec des amis, tandis que d'autres préfèrent taire leur passé, considérant celui-ci comme un "domaine réservé"...
Amitiés.

Écrit par : Armand | 19/05/2005

IL n'est rien à dire......... Je t'embrasse fort fort...

Écrit par : Cri | 20/05/2005

Les commentaires sont fermés.